Comme un coquelicot soufflé par le vent.

Heureuse, je danse avec un bel homme, et fais tournoyer ma robe, comme un coquelicot soufflé par le vent. La grande salle des fêtes à la lumière chaleureuse nous laisse de la place. Peu de gens osent se montrer, les souliers valsant. Mon sourire carmin répond aux yeux pétillants de mon partenaire. J’aimerais que ce moment dure toujours, tant je me sens légère. Plus la musique avance, plus il me semble décoller du sol, la souplesse de mon jeune âge m’emporte, et mes boucles brunes reflètent la lumière de la fête. En mon cœur, une aisance, du plaisir, le début d’un amour éphémère.

Les yeux embués, allongée sur mon lit gris, dans ma tunique d’hôpital, j’ai réussi à dénicher une paire de ciseaux de coiffeur. Il m’aura fallu ruser, mais c’est comme cela que je veux m’en aller. Dans le spectacle pourpre d’un corps souriant, parti en rêvant d’un ailleurs impossible. J’ai vécu tant d’années dans ce sanatorium. Il est temps de tirer ma révérence, moi et mes cheveux grisonnants.

Alors je laisse s’écouler ma vie sur les draps, en taches rondes s’étalant, me rappelant cette belle robe rouge qui tourne si joliment en valsant. Je rêve d’un souvenir de violons, une musique lointaine, comme des insectes volants en tous sens autour de la Lumière.

La mienne s’éteint pendant que le rubis de ma robe devient de plus en plus étincelant. On ne voit plus qu’elle. Les gens autour me regardent, moi, belle, une rose parfumée parmi de timides chardons. Et je tourne jusqu’à me laisser transporter totalement par mon partenaire. Puis le son baisse, et vient la fin de la chanson. Il n’y en aura pas d’autre pour moi. Mes talons se posent en douceur, et mon étincelle de vie disparaît lorsqu’une goutte de vie éclate sur le sol.



Conditions Générales de Vente - Contact

  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon