L'air

"Il avait les yeux rivés sur l'orage, le vent virevoltant, l'échevelant, et l'azur s'en allait, viré par l'affluence de nuages gris, offrant à la verdure ses plus belles couleurs. Tableau de plomb et d'émeraude, les grondements approchaient à la vitesse d'un troupeau de rhinocéros enragés, et il restait là, au milieu du déferlement de colère aérienne, sous les roulements faisant trembler la terre. Froide averse sur le corps, tonnerre imprévisible, il souriait, gonflé d'énergie électrique, palpitant au creux de sa poitrine."


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le café