Nuits

Assis près de la fenêtre, à observer la pluie oblique tomber sur la nuit, les parapluies restants, la route humide, le caniveau rempli, se dépêchant de se vider comme une course pour lui seul. Mon Lui refusait de céder au nocturne, se rebellait contre la lune ronde et levée, un halo de brouillard blanc la décorant. Mâchoires serrées pour ne pas bailler, il pensait au tout, la globalité de la vie et de sa fin. Il aimait faire cela chaque soir, même si le matin lui offrait ses cernes bleus.

Alors, pour l'accompagner de tout mon amour, je lui offrais un café à pas feutrés, pieds nus sur la douce moquette, afin de ne pas déranger son esprit. Puis je m'asseyais près de lui et cherchais à trouver où il était : dans un au-delà imaginaire ? Dans une galaxie lointaine, très lointaine ? Dans son propre passé ou futur ? Et je cédais à l'obscurité avenante avant lui, et je me réveillais chaque matin près de lui. Je prenais soin de lui jusqu'au sommeil, où il prenait le relai.

Amour simple et complémentaire, comme il devrait y en avoir plus souvent.


Conditions Générales de Vente - Contact

  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon